Claire Vincent-Mory

Doctorante en sociologie
Contact

 

Thèse en cours

« Les organisations de solidarité internationale issues des migrations (OSIM) françaises dans le champ de la solidarité internationale. Contribution à une sociologie des réseaux d'acteurs du développement », sous la direction de Stéphane Dufoix.

Résumé :

Les organisations de solidarité internationale issues des migrations (OSIM) sont actrices de la solidarité internationale. Or, bien qu'elles présentent des ressources variées qui intéressent ONG et collectivités locales engagées dans des projets de développement au Sud, les OSIM demeurent des « étrangers de la coopération », dont l'identité, la légitimité et les actions sont l'objet de méfiances et de critiques. La mise en réseau des OSIM avec les autres acteurs de la solidarité internationale pose problème.

Nous souhaitons interroger la place des OSIM dans les réseaux de la solidarité internationale et comprendre le rôle qu'elles peuvent jouer dans le renouvellement des modes de gouvernance. Notre recherche s'organise autour de trois axes. Il s'agit tout d'abord de comprendre dans quelle mesure la dimension migrante fait des OSIM des acteurs de la solidarité internationale légitimes et spécifiques. Par ailleurs, nous souhaitons étudier l'impact des politiques étatiques (contrôles migratoires au Nord et politiques diasporiques au Sud) sur l'intégration des OSIM françaises dans les réseaux de la solidarité internationale. Enfin, nous envisagerons la participation des OSIM au développement de gouvernance alternatifs, « par le bas ».

Notre recherche s'inscrit dans la continuité des travaux sociologiques sur les pratiques circulatoires et le transnationalisme, sur l'action associative migrante, ainsi que sur l'étude des politiques étatiques migratoires et des diplomaties alternatives. En identifiant les variables qui influencent la mise en réseau des OSIM avec les autres acteurs de la solidarité internationale, plus particulièrement les acteurs non gouvernementaux et les collectivités locales, notre ambition est de contribuer à une sociologie des pratiques et des modes d'articulation des acteurs du développement ainsi qu'à la connaissance de la construction des modes de gouvernance, particulièrement ceux issus des réseaux transnationaux d'acteurs locaux. Sur le plan méthodologique, nous nous appuyons notamment sur l'approche des réseaux sociaux.

 

Axes de recherche du laboratoire :

Axe 2 : Production des frontières : identité et espace.
sous-axe 1 « Variation de la notion de frontière ».
sous-axe 3 « Construction des identités ».
sous-axe 4 « Catégorisation sociale ».

Axe 4 : Les grammaires du politique.
sous-axe 3 « La grammaire de la réparation ».


 

Parcours

2006 : diplôme de l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble, Université Pierre Mendès-France.

2008: master 2 de sciences politiques, « Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Mis à jour le 08 avril 2013