Lara Mahi

  • Doctorante en sociologie (Université Paris Nanterre, ED 396)
  • Thèse menée sous la direction de Philippe Combessie
La discipline médicale : ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité

La prison fait l’objet d’un nombre croissant de publications biomédicales depuis les années 1980, en France, comme dans la plupart des pays occidentaux industrialisés, mettant l’accent sur les prévalences élevées de certaines affections chroniques parmi la population carcérale. Comment se fait-il que tant de personnes emprisonnées ont des « problèmes » de « santé » ? Cette thèse entreprend de répondre à cette question en appréhendant la santé non pas comme un état, mais comme une norme. À partir d’une enquête ethnographique associant observations de pratiques judiciaires, monographies des services médicaux d’établissements pénitentiaires, entretiens, statistiques et étude de corpus d’articles scientifiques, elle s’attache à montrer, pas-à-pas, selon une approche processuelle, comment la chaîne pénale produit des « malades » en confrontant les individus saisis par ses dispositifs à des normes de santé et à des savoirs médicaux. À la croisée d’une sociologie des institutions, d’une sociologie de la médecine et d’une sociologie de la connaissance, en étant à la fois attentive à des pratiques bureaucratiques, à la construction de décisions (pénales, gestionnaires et médicales), aux conditions concrètes de réalisation d’études biomédicales en maison d’arrêt et à leurs effets, à des rhétoriques judiciaires et scientifiques, aux activités professionnelles qui constituent le soin en prison et à l’appropriation socialement différenciée de ce travail par les détenus, l’enquête permet de comprendre comment le pouvoir médical se déploie, au présent, de façon discrète et diffuse, dans et par des institutions ne se donnant pas pour première mission de soigner.

Mots clés : Ethnographie, pouvoir médical, justice pénale, prison, santé, médicalisation, analyse processuelle.
 

Formation


2010-Aujourd’hui
Doctorante en sociologie, laboratoire Sophiapol, Université Paris Nanterre.
Contrat doctoral financé par Sidaction et le Fonds de dotation Pierre Bergé (2010-2014).

2009-2010
Diplôme de Master 2 « Sociologie, économie, politique », Université Paris Nanterre, mention très bien.
Mémoire de recherche : « VIH/sida : de la maladie à la responsabilité. Trois phases de la pénalisation ».

2007-2008
Diplôme de Licence de Sociologie, Université Paris Nanterre, mention très bien.

Publications


Articles :

« Une sanitarisation du pénal ? La mobilisation de la maladie dans des procès pénaux », Revue française de sociologie, Vol. 56, n°4, 2015, p. 697-733.
(https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2015-4-p-697.htm)

[traduction] « The Sanitization of Criminal Justice? The Use of Illness in Criminal Trials », Revue française de sociologie, Vol. 56, n°4, 2015, p. 697-733.
(http://www.cairn-int.info/article-E_RFS_564_0697--the-sanitization-of-criminal-justice.htm)

« De(s) patients détenus. Se soigner dans un environnement contraignant », Anthropologie & Santé, Vol. 10, 2015 [en ligne].

Chapitres d’ouvrage et notices de dictionnaire :

« Sur la balance, le poids de la peine. Analyse des usages d'un instrument de mesure » dans Philippe COMBESSIE (Dir.), Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologique, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017, p. 117-130.
(http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100655610)

« Sida » dans Janine MOSSUZ-LAVAU (Dir), Dictionnaire des sexualités, Paris, Robert Laffont, 2014, p. 790-792.
(https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01052595)

Recensions :

« Sociologie du viol jugé en cour d’assises », Recension de l’ouvrage Le viol : aspects sociologiques d’un crime de Véronique LE GOAZIOU, NonFiction, 2012.

« Une plongée... aux portes du Conseil constitutionnel », Recension de l’ouvrage Une sociologue au Conseil constitutionnel de Dominique SCHNAPPER, NonFiction, 2010.

Communications (sélection)


6 juillet 2017
« Une socialisation institutionnelle à la santé en prison », 7ème Congrès de L’Association française de sociologie, Amiens.

10 octobre 2016
(avec Sébastien SAETTA) « Produire des analyses quantitatives à partir d’observations de procès : enjeux méthodologiques et épistémologiques », Journées d’étude « Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques » organisées par le Sophiapol, Université Paris Nanterre.

5 juin 2015
(avec Muriel EPSTEIN) « Le langage quantitatif : une initiation par les textes », Journée d’étude « Enseigner la quantification dans le supérieur : les sciences sociales face aux chiffres », Maisons des Sciences Économiques, Paris.

6 novembre 2014
« Qu’est ce qui détermine la peine ? Des malades face à la justice pénale », Colloque « La fabrique des discriminations : acteurs et processus » organisé par l’ARDIS, Université Paris Est Marne-la-Vallée.

15 juillet 2014
« Sentencing : “health Determinants” of Criminal Sanction », XVIII ISA World Congress of Sociology, Yokohama (Japon).

30 avril 2014
« Peut-on parler de « secret médical » en milieu carcéral ? Contrôle et diffusion d´une information de santé », 7ème Conférence internationale de l’AFRAVIH, Corum de Montpellier.

18 décembre 2013
« L’individualisation de la peine, un révélateur d’injustices ? Les effets de protection et de sur-pénalisation dans le traitement pénal des malades », Séminaire « De la recherche en philosophie et en sociologie : pratiques croisées », Université Paris Nanterre.

4 juillet 2012
« La prise en compte des informations de santé dans les jugements pénaux : incertitude ou déterminants ? Étude des effets de sur/sous-condamnations à travers l’analyse de 290 jugements correctionnels », XIXème Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Rabat (Maroc).

3 juillet 2012
« La santé aux frontières de la liberté. Vivre avec une maladie chronique en territoire incertain : temps de la maladie, temps de la peine ; identité de patient, identité de détenu. Une enquête en milieu pénitentiaire », XIXème Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Rabat (Maroc).

1er juin 2012
« Du box des accusés à la cellule pénitentiaire : logiques sociales de l’enfermement carcéral », Séminaire du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco), Université Paris Nanterre.

28 mars 2012
« Jugement pénal et détention: une double peine pour les justiciables vivant avec une pathologie somatique chronique ? », 6ème Conférence internationale de l’AFRAVIH, Genève (Suisse).

14 Mai 2009
« Signs of Love in French Cultural Space », Colloque international « Signs of Love in Europe », Université de Tartu (Estonie).

Organisation de rencontres scientifiques (sélection)


Journées d’étude « Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? » (avec Philippe COMBESSIE, Aurélien DJAKOUANE et Sacha RAOULT), Université Paris Nanterre, 10 et 11 octobre 2016.

Atelier bimensuel de travail collectif autogéré et sans affiliation institutionnelle « Groupe d’écriture en sciences sociales de la santé » (avec Émilie ADAM VEZINA, Stéphanie ALEXANDER, Maud ARNAL, Hugo BERTILLOT, Fanny CHABROL, Pierre-Marie DAVID, Catherine JONES et Caroline MEIER ZU BIESEN), 2015-2016.

Ateliers « Sexualité et prison : état des lieux » et « Accès à la sexualité et réduction des risques sexuels en prison », dans le cadre de la Convention nationale de Sidaction (avec les membres du « Groupe prison » de Sidaction, sous la coordination de Ridha NOUIOUAT), Hôtel de Ville de Paris, juin 2014.

Journée d’étude « Pour quoi et comment faire sa thèse ? » (avec Camille CHAMOIS, Olivier CHASSAING, Jérémy LEMARIE, Daphné LE ROUX, Claire VINCENT-MORY, et Olivier SUREL), Université Paris Nanterre, mai 2014.

Séminaire doctoral mensuel « De la recherche en philosophie et sociologie : pratiques croisées » (avec Anne-Claire COLLIER, Eva DEBRAY, Pinar KARAOGLU, Jérémy LEMARIE et Claire VINCENT-MORY), Université Paris Nanterre, 2013-2014.

 

Enseignements


2014-2016
ATER à l’EHESS, mention « Santé, Populations, Politiques sociales » :
Enquête collective (Séminaire, M1, 36 heures).
Atelier d'écriture (Séminaire, M2, 24 heures).
Méthodologie de la recherche en sciences sociales (Séminaire, M1, 36 heures).

2013-2014
Enseignante vacataire à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis :
Sociologie de la déviance (CM et TD, L2 et L3, 24 heures).
Enseignante vacataire à l’Université Paris Diderot – Paris 7 :
Enquête de terrain par questionnaire (TD, L3, 18 heures).
Enseignante vacataire à l’Université Paris Nanterre :
Méthodes quantitatives en sociologie (TD, L3, 48 heures).
Initiation à la sociologie quantitative (TD, L1, 48 heures).

2012-2013
Enseignante vacataire à l’Université Paris Nanterre :
Méthodes quantitatives en sociologie (TD, L3, 72 heures).
Introduction à la socio-anthropologie (TD, L2, 24 heures).

2011-2012
Enseignante vacataire à l’Université Paris Nanterre :
Initiation à l’enquête qualitative (TD, L1, 48 heures).
Introduction à la sociologie (TD, L1, 48 heures).

2010-2011
Enseignante vacataire à l’Université Paris Nanterre :
Initiation à l’enquête qualitative (TD, L1, 72 heures).

2009-2010
Tutrice à l’Université Paris Nanterre :
Tutorat en sociologie auprès d’étudiantes et d’étudiants volontaires (L1, 44 heures).

2008-2010
Interventions à l’Université Paris Nanterre :
Initiation à la sociologie (CM, L1, 2 heures x 2).
Sociologie de la déviance (CM, L3, 2 heures).

 

Responsabilités administratives


Représentante des doctorantes et doctorants élue au Conseil du laboratoire Sophiapol (2011-2016).
Membre du Conseil pédagogique de la mention « Santé, Population, Politiques sociales » à l’École des hautes études en sciences sociales (2014-2016).

Prix et distinctions


Lauréate du Prix du Master, décerné par le Cancéropôle d’Île-de-France (2010).
Lauréate du Prix Jeune Chercheure, décerné par le Comité scientifique de Sidaction (2016).

Mis à jour le 03 juillet 2018