Motion du Sophiapol, 22/01/2020

Publié le 27 janvier 2020 Mis à jour le 27 janvier 2020
Date(s)

le 22 janvier 2020



Dans le contexte actuel d'une ample mobilisation de la communauté universitaire à tous ses niveaux et dans toutes ses composantes – enseignants-chercheurs titulaires et précaires, étudiants, BIATSS, départements, laboratoires, UFR - le laboratoire Sophiapol, réuni en Assemblée Générale extraordinaire le mercredi 22 janvier à 15h à l’université Paris Nanterre, déclare s’opposer fermement :

- à une remise en cause de nos statuts et conditions d’enseignement et de recherche (modulation des services, extinction programmée du corps des MCF, développement de l’emploi précaire sous la forme d’une généralisation des « CDI de chantier », des contrats de projet et des tenure track, attaque portée contre le statut des fonctionnaires, accentuation de la mise en concurrence des collègues et des équipes, augmentation des financements par projet, réduction des financements récurrents et des postes, introduction systématique d’évaluations individuelles et collectives comme clef de voûte de l’accès aux moyens pour la recherche etc.) ;

- à un système de retraite par points injuste qui impliquera automatiquement un appauvrissement des populations touchées par une forte précarité et par une entrée tardive dans les emplois à durée indéterminée - comme c'est le cas, dans l'enseignement supérieur et la recherche, aussi bien chez les BIATSS que chez les enseignants-chercheurs ;

- à une réforme des master MEEF et du CAPES qui vise à réduire drastiquement le poids des contenus disciplinaires de la formation et du concours au nom d'une fausse opposition entre l’enseignement universitaire, d’une part, et les exigences supposées essentiellement pédagogiques de l'enseignement secondaire, de l’autre. Nous savons que le fossé entre l’enseignement et la recherche qui ne cesse de s’esquisser davantage dans le supérieur ne sera que l’écho de cette première désarticulation entre enseignement disciplinaire et exigences « pédagogiques », et nous exprimons toute notre solidarité à tous nos collègues du lycée ;

- à toute augmentation des frais d’inscription à l’université et au principe d’une distinction entre les étudiants de l’UE et les étudiants hors UE.

Le laboratoire Sophiapol appelle donc tous ses membres à participer aux mobilisations en cours en multipliant les modes d’action : grève, participation aux manifestions, participation aux caisses de grève, organisation de formes alternatives de recherche et de diffusion des savoirs, au sein de l’institution universitaire et en dehors de celle-ci.


Nombres de voix :
Oui : 64
Non : 2
Ne se prononce pas : 3


Motion (pdf)

Mis à jour le 27 janvier 2020