• Colloques,

Prostitutions, travail du sexe et écritures : discours et représentations

Publié le 17 mai 2018 Mis à jour le 22 mai 2018
Rosalind Wyatt, Tuke (détail), 2010
Rosalind Wyatt, Tuke (détail), 2010

Colloque international organisé par Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke) et Yagos Koliopanos (Université Paris Nanterre)

Date(s)

du 12 juin 2018 au 13 juin 2018

12 juin : 09h30 - 18h
13 juin : 10h - 17h
Lieu(x)
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Salle B015
Longtemps, « la prostituée » en tant que catégorie socialement construite a été représentée par les hommes en littérature et dans les arts, souvent de manière stéréotypique et essentialisante. Elle est désormais de plus en plus dessinée également par des femmes et des minorités de genre, dont certaines ayant elles-mêmes pratiqué le travail du sexe.

Si les travailleurs et travailleuses du sexe (TDS) ont d'abord été entouré·e·s d'une aura de honte les tenant au silence, et bien que la stigmatisation persiste, ils et elles font désormais leur coming out et prennent publiquement la parole. Leur voix se répercute tant dans l'espace social que dans diverses productions artistiques (romans, autobiographies, zines, théâtre, performances, etc.) et médiatiques (presse, blogs, réseaux sociaux).

De Grisélidis Réal à Nelly Arcan en passant par Claire Carthonnet, « la putain » (s')écrit désormais. Qu'est-ce que cela change dans les représentations, notamment vis-à-vis des normes? Quelles interférences entre le stigmate qui pèse sur la prostitution et le prestige du champ littéraire? Quelles figures sont dessinées? La prise de parole des prostitué·e·s affecte-t-elle également les productions n'émanant pas des TDS? Et que le ou la TDS soit représenté·e par d'autres ou qu'il ou elle s'autoreprésente, quelles différences? Qu'en est-il des rapports entre écriture, autonomie et exploitation? Quelles alliances possibles entre les TDS et leurs allié·e·s? Et qui sont ces derniers? Quels rapports entre les discours des TDS et les féminismes? Quelles questions sont soulevées, entre la prohibition et la légalisation? Plus largement, quels discours sont tenus, aujourd'hui, sur la prostitution dans la littérature et dans les arts? Au final, qu'est-ce que la mise en scène de la prostitution nous dit sur le monde?

Ce colloque accueille des contributions académiques aussi bien que des œuvres/discours/créations émanant d'auteur·e·s-militant·e·s-artistes.


Programme



Mardi 12 juin



9h30 Accueil

9h45 Mot de bienvenue : Philippe Combessie, directeur de Sophiapol, directeur du master Sociologie, Université Paris Nanterre
10h Mot d’ouverture : Isabelle Boisclair et Yagos Koliopanos

Figures littéraires I
Animation : Isabelle Boisclair

10h15 La prostituée et la poétesse Tullia D’Aragona
Battista Liserre, l’Université d’Aix-Marseille et de Florence
10h45 Dites et écrites par d’autres : les prostituées déportées de France
Anne Yvonne Savigneux-Lointier
11h15 Le travail du sexe comme travail : La calle de las camelias, de Mercè Rodoreda
Lori Saint-Martin, Université du Québec à Montréal
11h45 Pause

Paroles de TDS
Animation : Catherine Deschamps

12h00 Voyage au centre d'un tube à essai. Présentation du livre Même pas mal par son auteure : de l'expérience SM vers le travail du sexe... une trajectoire féministe
Cléo de Montis
12h30 La maman et la putain. Réflexions autour du morcellement de la sexualité des femmes et de leurs rôles sociaux
Héléanore

13h00 Lunch

Figures littéraires II
Animation : Michel Bozon

14h30 Filles de trottoir, filles d’un soir. Statut et image de la prostituée dans la littérature féminine allemande contemporaine
Régine Atzenhoffer, Université de Strasbourg
15h00 L’agentivité sex/tex/tuelle de la travailleuse du sexe dans ses écritures au je
Isabelle Boisclair, Université de Sherbrooke
15h30 La « putain » des éditions du Seuil : publication, publicisation et réception(s) des œuvres de Nelly Arcan dans le champ littéraire français
Lilas Bass, EHESS/CESSP
16h00 Pause

Statut du•de la chercheur•e
Animation : Pierre Brasseur

16h15 Raconter son expérience de travailleuse du sexe pour la chercheuse : un engagement à double tranchant
Nathalie Lugand
16h45 Pourquoi avoir choisi de faire une recherche sur des textes écrits par des travailleuses du sexe? : réflexions situées à deux voix
Iliana Ferrant-Bouchau & Yagos Koliopanos
17h15 Représentations des femmes nord-africaines dans le travail sexuel, en France
Adbellaoui Sabrina Soraya

17h45 Projection

EMPOWER. Perspectives de Travailleuses du sexe
Vidéo documentaire, France. Avec Giovanna Murillo Rincon, Aying, Mylène Juste.
Réalisation : Marianne Chargois
Durée : 1h10
En présence de Giovanna Murillo Rinco et Marianne Chargois

EMPOWER est une série de 3 portraits de travailleuses du sexe aux trajectoires hétéroclites: Aying est chinoise, migrante et sans papiers ; Giovanna est trans et entame un parcours de la Colombie vers l’Europe pour trouver des soins à l'annonce de sa séropositivité ; Mylène, féministe et libertaire, travaille depuis 30 ans rue saint-denis. Entremêlant parcours personnels, analyses politiques, et stratégies de résistance collective, ce film est un véritable plaidoyer pour le droit des minorités. Loin des dispositifs d’objectification souvent à l’œuvre, EMPOWER est une mise à l’honneur des paroles, combats et engagements des travailleuses du sexe via une réalisation en collaboration active avec les protagonistes.



Mercredi 13 juin



10h00 Accueil

S’écrire, s’inscrire
Animation : Marie-Élisabeth Handman

10h15 « Mots de passe », de l’écriture singulière au pluriel des écrits
Josie Gay
10h45 Trans subjects in the making : The Quest for Recognition in Greek Trans Wo-men’s Autobiographies
Mary Leontsini, University of Athens
Yulie Papadakou, University of Athens
11h15 Le travail sexuel à la première personne au Brésil : les « conditions d’auto-représentation », les politique d’identité, l’érotisme et les féminismes
Lauren Zeytounlian, Universidade Estadual de Campinas

11h45 Pause

Les espaces de la tds
Animation : Lori Saint Martin

12h00 Les Danseuses Mamelouk de Josée Yvon : Imposer les prostitué.e.s dans l’espace symbolique du littéraire
Mélanie Landreville, Université de Sherbrooke
12h30 Il n’y a pas de hasard – ou si peu : trajectoires agentives de la putain dans Au hasard de la chance de Michel Tremblay
Charlotte Comtois, Université de Sherbrooke

13h00 Lunch

Autoreprésentations
Animation : Mathieu Trachman

14h30 Ré-appropriation de discours des travailleurs-euses du sexe par l’auto-représentation
Marianne Chargois
15h00 Épopée : archive pornographique, archéologie des media et agentivité queer dans le travail du sexe
Alain Ayotte, Université du Québec à Montréal

15h30 Pause

Se dire, se jouer
Animation : Renaud Chantraine

16h00 Conférence-Performance : OK; Google
Sophia Djitli & Allie Bye
16h30 Courte pièce Livre, Livret, Liver
Livre, Livret, Liver de Rona Lorimer

17h Mot de clôture, remerciements


Mis à jour le 22 mai 2018